Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

samedi 25 juin 2016

Vénérable Jean (Ioane-Tornike) du Mont Athos (10ème siècle)

The Holy Georgian Fathers of Iveron: St. Ekvtime, St. Ioane-Tornike, St. Ioane, St. Gabriel, and St. Giorgi.
Saints Pères Géorgiens d'Iveron: 
saint Euthyme (Ekvtime), saint Jean (Ioane-Tornike),
 saint Jean (Ioane), saint Gabriel 
et saint Georges (Giorgi).

Mémoire le 12 /25 juin

Tornike Eristavi [1] (plus tard Jean-Tornike du Mont Athos) était un commandant de l'armée géorgienne célèbre pour ses victoires dans la guerre et un favori du roi David (Davit) Kouropalates. Finalement, il abandonna sa gloire mondaine et partit à la recherche de son père spirituel, saint Jean sur le Mont Olympe. Là, il apprit que saint Jean était parti au Mont Athos, donc il y alla et s'installa avec lui dans un monastère dirigé par saint Athanase du Mont Athos. Il fut tonsuré moine sous le nouveau nom de Jean  (Ioane).

Bientôt, de nombreux Géorgiens devinrent assoiffés de vie ascétique et allèrent œuvrer sur la Sainte Montagne. Pour servir la jeune communauté, saint Jean bâtit une église en l'honneur de Saint Jean le Théologien et construisit des cellules à proximité. De cette manière, fut établie la première communauté géorgienne sur le Mont Athos.

A cette époque, Bardas Sclerus, commandant de l'armée d'Asie Mineure, mena une révolte contre Basile et Constantin, les jeunes empereurs byzantins. L'impératrice douairière Théophanie, dans l'espoir de recevoir une assistance de la Géorgie, demanda que Jean-Tornikele aille dans son pays natal, informer le roi de la situation difficile à Byzance, et rallier des troupes géorgiennes comme soutien. Dans un premier temps Jean-Tornike refusa, doutant de sa préparation pour revenir à la vie dans le monde. Mais après que les autres frères le lui demandèrent et qu'il reçut la bénédiction de saint Athanase, il retourné en Géorgie et donna la lettre de Théophanie au roi David Kouropalates. Le roi fut fou de joie à la vue de son chef militaire favori, et il consentit à la demande de l'impératrice, à condition que Jean-Tornike commande l'armée. Le roi était résolu et Jean-Tornike fut contraint d'honorer sa volonté. Avec l'aide de Dieu et sous la sage direction de Jean-Tornike, douze mille soldats géorgiens défirent l'armée de l'impie Sclerus Bardas, bannissant le conspirateur de Byzance (vers environ 979).

Après cette grande victoire, Jean-Tornike retourna immédiatement au Mont Athos. Les frères l'accueillirent avec grande joie et rendirent grâces à Dieu de l'avoir ramené sain et sauf au monastère.

Saint Jean-Tornike était un parfait exemple d'humilité. Il renonça complètement à sa propre volonté et ne faisait rien sans la bénédiction de son père spirituel. "Je me confie moi-même et ma volonté à toi . Sauve-moi selon ta volonté! "disait-il à saint Jean.

Les frères du monastère demandaient souvent à Jean-Tornike de raconter ses gloires militaires, et il fut obligé de rappeler son passé. Un jour sant Jean lui demanda de partager ses souvenirs avec un certain staretz Gabriel, homme qui ne disait pas une vaine parole. Jean-Tornike accepta, et après qu'il eut raconté son passé glorieux au staretz, il se tut tout à fait. Il passa le reste de sa vie en silence, espérant en Dieu, et il reposa paisiblement en Dieu.

Armé d'une âme pure, et brandissant la prière comme une épée, tu détruisit l'armée des démons, ô Père thaumaturge Jean-Tornike. Prie Dieu sans cesse pour nous tous!


Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006

[1] Eristavi: titre géorgien qui signifie littéralement "Tête de l'armée," un eristavi était le dirigeant ou le gouverneur de sa province et l'un des piliers de la monarchie géorgienne. Pendant certaines périodes de l'histoire géorgienne, le titre était héréditaire. Le titre est l'équivalent d'un duc européen.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire